Romaniste

Publié le par Lène

Comme un retour retentissant. Pourtant il n'y a pas vraiment de bruit. J'ai cherché le bordel et rien n'est apparu, et je ne peux pas m'empêcher de me dire que c'est seulement parce que je n'ai pas regardé partout.

 

Alors je m'en tiendrai au trouble et aux cendres. Pour le moment.

 

 

 

Photo0602d.jpg

 

Elle rôde sans attendre. Elle navigue des mots qu'elle oublie encore et les gens ne répètent rien.

Ils en font peut-être tous partie. Une cigarette cassée qu'elle tentait de faire tenir

debout sur sa paume tombe dans une flaque. La dernière, tant pis.

Quelques gamins gueulent de cette façon si particulière, qui fait qu'on ne sait pas

s'ils pleurent ou rient. Dans tous les cas, on ne tranche pas.

On nous a parlé du ciel bleu encore, mais elle ne peut s'empêcher de se dire que ça cache quelque chose. Elle ricane de sa peur absurde. Ella recule mais n'avance rien. Il y avait des clés à rendre, elle a franchement hésité, mais elles restent dans sa poche trouée. Elles n'ont pourtant rien d'un espoir, ni même d'une idée pas encore assumée ; elles ne sont encore qu'un hasard. Hasard c'est bien le bon mot. De quoi tu veux profiter lorsqu'il n'y a rien. Des yeux se fixent sur ses jambes, filigranées. Sentiment d'étrangeté refoulée, etcaetera. Y a du soleil sur les flaques de pluie et c'est comme une tentative. Elle, elle se réserve pour mieux. Cette année, on lui a offert un coussin doré avec une mandragore. Elle n'a pas compris, encore une fois.

Toujours des histoires à la con à raconter et raconter encore,

simplement on ne sait pas encore à qui. C'est comme ce "laisse moi te présenter

le seul, l'unique" qui n'avait pas marché. Pourtant, elle se serait presque

acharnée. Pour rien. Mais presque sans se fatiguer, et presque

sans oser lever les yeux. Elle s'est dit un bar sans lumières,

c'est sans foi mieux. ça devient une fierté de cacher les cernes qui pendent à ses yeux.

Publié dans De la plume au clavier

Commenter cet article